01 47 42 73 70

06 71 59 96 75

Les Français se sont enrichis grâce à la bourse et l'immobilier

Posté le : 01/01/2018

Selon la dernière enquête de l’Insee, en 2016, le patrimoine des ménages accélère légèrement (+ 3,2 % après + 2,2 %) à la faveur de la progression des prix de l’immobilier. Il s’établit à 11 145 milliards d’euros à la fin 2016, soit 8,3 fois leur revenu disponible net de l’année.

En 2016, la valeur du patrimoine en constructions et terrains progresse de 3,1 % après une hausse de 1,0 % en 2015. Elle est soutenue par la hausse des prix de 2,0 % en 2016 après une baisse de 0,1 % en 2015 pour les logements anciens et par le dynamisme de la construction neuve : le nombre de logements commencés en cours d’année s’accroît de 9,7 % en 2016, après une baisse de 0,7 % en 2015.

Au total, l’ensemble des actifs non financiers des ménages, qui constitue les deux tiers de leur patrimoine total, accélère : + 3,2 % (après + 1,0 % en 2015). Cette croissance reste toutefois inférieure au taux de croissance annuel moyen entre 2004 et 2014 (+ 3,8 %).
Les modalités d’évaluation des montants détenus sur les contrats d’assurance-vie, qui constituent une fraction importante du patrimoine des ménages, ont été modifiées par la mise en place en 2016 du régime prudentiel « Solvabilité II » qui conduit à comptabiliser désormais les montants d’assurance-vie en valeur de marché. Il en résulte une croissance comptable très forte des actifs des ménages en assurance-vie : + 15,3 % en 2016 (après + 3,9 % en 2015). En neutralisant l’impact de ce changement de méthode, l’augmentation des actifs des ménages en assurance-vie est de 3,1 %, comme celle du total de leurs actifs financiers (figure 3).

S’agissant des autres types de produits financiers, les placements bancaires s’intensifient, l’encours en numéraire et dépôts progressant de 4,1 % après + 3,4 % en 2015. Les ménages favorisent les plans d’épargne-logement. L’encours des actions et parts de fonds d’investissement décélère (+ 2,9 % après + 8,0 %). Les ménages bénéficient d’une valorisation des actions en 2016 (l’indice boursier SBF 120 progresse de 4,7 % en 2016 après + 9,0 % en 2015) tandis que le flux d’acquisition net est légèrement négatif. Les ménages continuent de se détourner de la détention directe de titres de créance (– 5,2 % après – 14,5 %).

Du côté des passifs, l’encours de crédits obtenus par les ménages augmente de 4,3 %, après + 3,1 % en 2015. En effet, la hausse de crédit reste portée par la hausse des prix et des transactions de logements (les ventes de logements anciens évoluent de + 5,9 % après + 14,8 %). Au total, hors impact du changement de méthode comptable des avoirs d’assurance-vie, le patrimoine financier net des ménages décélère : + 3,4 % après + 4,7 % en 2015.